Martijn Wydaeghe : « Nous allons effectuer jeudi soir quelques passages lors du Shakedown de Nieuwkerke avec la Hyundai i20 N Rally2 qui officiera en voiture ‘0’ durant le rallye. C’est sympa de pouvoir faire quelque chose en retour pour l’organisation, surtout que nous figurons sur la liste d’honneur de l’épreuve. Nous avons regardé s’il était possible de participer réellement au rallye, mais ce n’était pas jouable au niveau du planning. Notre préparation en vue de la manche polonaise du WRC est naturellement prioritaire. »

« Je possède bien sûr d’excellents souvenirs du Ardeca Ypres Rally. Je me rappelle encore de ma première victoire mondiale en 2021 avec Thierry Neuville. Nous avons célébré cette victoire à Francorchamps. C’était vraiment très spécial ! Ypres gardera toujours une place particulière dans mon cœur. Je vais essayer de venir voir le rallye vendredi à Ypres. Samedi, je prépare ma valise. Et j’ai aussi une sortie à vélo dans mon programme d’entraînement. Dimanche, nous prenons la direction de la Pologne. »

Thierry Neuville : « C’est toujours amusant d’être présent à Ypres. C’est la première fois que je viens à Ypres sans le moindre stress. Je viens encourager mon frère, Tom Heindrichs. Je me rends rarement sur ses rallyes. L’an passé, j’étais présent au Sezoensrally pour lui donner un coup de main. Tom a reçu mes onboards pour se préparer. Je suis aussi curieux de voir ce que va faire Maxime Potty avec la voiture de Lifelive, mon team. Nous avons fait ce qu’il fallait pour que Freddy ait quand même un peu de concurrence (NDLR : rires). Je ne me suis jamais installé au volant de la Yaris GR Rally2. Jeudi soir, je ferai quelques runs lors de la Qualifying Stage avec la Hyundai i20 N Rally2. Ce sera aussi une découverte pour moi car je n’ai jamais roulé avec la nouvelle génération de la Rally2. J’ai en tout cas de bons souvenirs de notre victoire à Ypres, surtout que j’avais pu célébrer cette victoire en WRC à Francorchamps, près de la maison. Je vais encore un peu profiter de l’ambiance à Ypres, mais je dois surtout me préparer en vue du Rallye de Pologne en WRC. Nous partons dimanche. »

Freddy Loix : « Nous sommes bien préparés. Après Wervik, j’ai encore testé la Toyota Yaris GR Rally2 lundi, avec un ingénieur. C’était important d’avoir le temps de réfléchir à la manière d’adapter la voiture à mon pilotage. Depuis que la voiture est arrivée chez PTR, j’ai déjà pu m’acclimater davantage à la Yaris. J’ai roulé durant 10 ans avec des Skoda que j’avais développé. Aujourd’hui, je dois m’habituer à quelque chose de nouveau. Cela dure un peu plus longtemps, mais j’ai été agréablement surpris que cela puisse aller aussi vite à Wervik. Mais, évidemment, faire de meilleurs temps à Wervik, ce n’est pas comme faire un scratche ici à Ypres. »

« La position de départ sera très importante avec cette météo. Le parcours est vraiment dégradé. Les cordes sont mauvaises. Le risque de crevaison est bien plus élevé que les autres années. Mon ambition personnelle ? Je ne dois pas penser au championnat. Nous roulons donc pour gagner… »

Niels Reynvoet : « Nous avons décidé cette année de ne pas disputer le Rally van Wervik ni le Shakedown de Boezinge, effectuant plutôt une séance d’essais. Nous sommes bien dans le rythme et en confiance après trois victoires. De la sorte, nous pouvons aborder le rallye avec pas mal de fraîcheur. Je vais en tout cas directement attaquer lors de la Qualifying Stage car l’ordre de départ sera important. Il y aura vite de la boue sur la route. Nous sommes bien placés au championnat. C’est à nos adversaires d’attaquer. Nous n’allons pas nous mettre de pression, nous concentrant seulement sur notre propre course. Le niveau sera à coup sûr très relevé. »

Chris Ingram : « L’an dernier, nous avons gagné l’épreuve du BRC et terminé à seulement 15″ d’Adrien Fourmaux sur la Ford officielle. Michael Gilbey, mon copilote, était alors le Team Manager de Fourmaux… J’aurais bien aimé revenir à Ypres en Rally2, mais notre budget est limité et nous nous concentrons cette année sur le championnat britannique. Et puis, j’ai reçu cet appel de Bjorn Syx, qui est un bon copain. Il me proposait de rouler avec sa nouvelle BMW M3 E30 de chez MATS. Une voiture incroyable. Je dois encore un peu m’habituer au pilotage d’une propulsion. J’espère que les spécialistes locaux en M3 ne me ridiculiseront pas. »

Melissa Debackere : « Nous roulons pour la première fois à Ypres en Porsche. Cette Porsche est extrêmement puissante. Une Rally2 est faite pour prendre les courbes à haute vitesse. Une Porsche, c’est plus bas. Les cordes s’abordent donc différemment. Il y a aussi plus de travail pour faire passer la puissance au sol. Le plus impressionnant, c’est justement cette puissance. Ça va très vite ! Il faut des kilomètres au volant. Nous devons surtout essayer d’être à l’arrivée. »

Tim Van Parijs : « La semaine dernière, à Wervik, j’ai déjà dit que c’était génial de voir Melissa relever le défi en Porsche. Le parcours d’Ypres n’est peut-être pas fait pour les Porsche, mais ça, on ne choisit pas. Nous allons en tout cas essayer de nous battre face à Patrick Snijers et aux autres pilotes de GT. »

Thomas Martens : « Ce sera notre première expérience sur l’asphalte. J’ai eu 18 ans voici deux semaines seulement et cela faisait déjà quelques années que nous avions prévu que je fasse mes débuts en Belgique ici à Ypres. Le week-end dernier, nous avons roulé en Finlande avec une Renault Clio Rally4. Ici, nous sommes au départ sur une Rally5. J’ai dû m’adapter aux freins. Nous sommes même sortis de la route, mais sans gravité. Ypres n’est clairement pas le rallye le plus facile pour débuter. Nous allons faire de notre mieux. J’ai aussi reçu de nombreux conseils de la part de Freddy Loix, qui m’a aussi offert la chance de l’accompagner dans la Yaris. »

Patrick Snijers : « Une Porsche, c’est une voiture pensée pour les circuits, mais elle reste une voiture fantastique à piloter. On ne peut pas gagner avec une Porsche, mais cela demeure une monture très puissante. Les spectateurs adorent. » 

« La toute première fois que nous sommes venus à Ypres, nous avions logé trois semaines au camping Ypra. On commençait à reconnaître aux alentours de 23h. Les copains fermaient les routes et nous reconnaissions à haute vitesse. C’était une autre époque. Une chouette époque. Aujourd’hui, les reconnaissances sont limitées et se font à basse vitesse. C’est différent. Mais Ypres reste un rallye particulier. Ce sera très compliqué pour nous, les pilotes de Porsche. Nous passons après de nombreuses 4×4 qui amèneront beaucoup de boue sur la route. Ce ne sera pas facile de faire passer la puissance au sol avec toute cette boue. Ce sera compliqué, mais cela reste amusant. Mon ambition ? Je suis toujours au départ pour gagner ! »

Les commentaires sont fermés.

Actualités associées

Prochains rallyes

22-24 novembre 2024

ypres-regularity

Catégories d'actualités

Dernières photos

Vidéo la plus récente

Ypres Regularity 2022

Ypres Regularity 2022